Golden Scroll 3: Le crépuscule des dieux

Golden Scroll prend place dans un monde en guerre où magie et technologie cohabitent. Serez-vous prêt à rejoindre le monde de Gaïa, un des six clans, l'une des trois alliances, et à assouvir vos ambitions?
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)

Aller en bas 
AuteurMessage
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeJeu 19 Nov - 0:05

???: "Aaa... Aaaaa..."

La journée commençait bien pour Angeal. Il revenait tout juste de Millenia où il accompagnait Nivalia, et la différence de température était si important que... Evidemment...

Angeal: "ATCHA!"

Sous la violence de son éternuement, notre demi-elfe sentit ses ailes gigoter sous sa tenue. Aujourd'hui, il avait pris celle qui retenait le moins ses attributs hérons, et il se maudissait intérieurement de ce choix. Vraiment, ce n'était pas le moment. Dans le but donc d'échapper aux regards alentours, il s'éloigna de la ville dans laquelle il venait d'arriver pour se retrouver isolé dans une sorte de bosquet.

Angeal: °C'est pas le moment que quelqu'un puisse voir mes ailes...°

Il admira un peu le paysage autour de lui. L'herbe était verdoyante, la végétation luxuriante... Aucun doute là-dessus, il venait d'arriver dans l'une des oasis à la périphérie de la grande ville portuaire. C'était un bon signe, il allait pouvoir se dégourdir les ailes un instant. Il rabaissa donc la partie de sa robe conçue dans cet objectif pour s'envoler sur quelques mètres et observer les alentours. C'est alors qu'il vit l'impensable.

Le camp des Fanatiques. Ils étaient là. C'était étrange. Les informations données à la dernière réunion ne disaient-elles pas qu'ils étaient déjà en train d'arpenter le désert? Peut-être ce cimbre avait-il été un peu paniqué dans son jugement... Notre Ase remarqua alors que plusieurs hommes l'avaient remarqué et s'approchaient rapidement de sa position dans l'oasis. Ni une, ni deux, le demi-elfe se laissa tomber sur le sol sablonneux et rabattit ses ailes sous sa robe. Il commença alors à adopter une attitude naturelle en évitant de croiser les soldats... Ce à quoi il ne parvint pas.

Angeal, en tentant donc de s'enfuir discrètement croisa cinq soldats qui le dévisagèrent lentement. Il les salua alors avec toute la politesse dont il était habituellement capable, mais quelque chose n'allait pas. Alors que les gardes allaient repartir, l'Ase du Niflheim commença à sentir son nez le chatouiller un peu, beaucoup, à la folie, jusqu'à ce que...

Angeal: "ATCHOUM!"

Trop tard, il ne put se retenir plus longtemps, et sa robe reprit toute seule la position qui lui permettait d'avoir ses ailes à l'air. De nombreuses plumes s'envolèrent un peu partout autour de lui. Un garde se retourna alors en disant une sorte de "A vos souhaits", mais il s'interrompit en plein milieu et regarda le demi-elfe avec un air coi...

Angeal: "Woups..."
Revenir en haut Aller en bas
MJ (Rhéa)



Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2009

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeVen 20 Nov - 0:39

Il faisait plutôt bon, malgré la proximité du désert. Les soldats étaient calmes, mais ils appréhendaient de devoir traverser ce désert maudit.

Les cinq soldats marchaient calmement quand il virent une sorte de chose inconnue voleter entre les arbres d'un oasis non loin de là. Le jeune Pilip savait son frère aîné, qui dirigeait leur petit groupe, d'une curiosit sans bornes. C'est pourquoi il ne s'étonna qu'à moitié quand celui-ci dit : " On va voir ce que c'est, ça à l'air marrant ! ".

Donc, ni une ni deux, ils marchèrent le plus vite qu'ils purent jusqu'à l'endroit où ils pensaient trouver la bestiole volante non identifiée. Au lieu d'un oiseau étrange, ils trouvèrent un jeune homme souriant, les mains dans les poches, qui leur adressa un bonjour plein de politesse.
Oukilip regardait autour de lui, dans l'espoir de voir le bel oiseau réapparaître. Mais il ne revint pas. Dépité, il se retourna pour partir, attrapant son petit frère Pilip par le bras.

Et ce fut le drame.

Un éternuement tonitruant les obligea à se retourner. Oukilip voulut dire une formule de politesse, toujours nécéssaire dans des ciconstances pareilles, mais se figea sur place. Son frère émit une exclamation de surprise mêlée d'émerveillement. Devant eux se tenait un être ailé. Le bel oiseau qu'ils avaient vu au loin...

Oukilip poussa rudement son frère vers le campement.

- Va chercher Dame Morwen, tout de suite ! Dis lui que nous avons trouvé quelque chose de fort intéressant..., murmura-t-il à son frère pour que l'être devant eux ne l'entende pas.

Le jeune homme s'en alla en courant en direction de la Tente tandis que les trois autres soldats se saisissaient du jeune homme ailé. Oukilip sourit et lui dit d'un air d'excuse tout à fait démenti par son regard avide :

- Nous sommes navré, monsieur, mais nous allons vous demander de rester auprès de nous, le temps que notre Dame arrive.

Les soldats le firent assoir par terre de force. Ils attendirent plusieurs trèèèèès longues minutes, car il semblait à Angeal que la lueur d'avidité dans le regard de Oukilip s'accentuait très nettement, de même que son sourire pervers. Enfin, le jeune gosse revint, accompagné.

Oukilip se tourna en souriant, s'attendant à voir Morwen, prêt à faire des courbettes. Mais ce n'était pas Morwen. Oukilip pâlit brutalement et se recula de plusieurs pas en bafouillant.

- Oh, c'est vous, Dame Grimalkin... J'avais pourtant demandé à Pilip de prévenir Dame Morwen... Nous ne voulions pas vous déranger...

La jeune fille - car elle semblait à peine plus âgée qu'une adolescente - ne dit rien mais se contenta de lui imposer le silence d'un simple regard. Elle s'approcha rapidement, avec une grâce toute féline. Angeal lui trouva un air de prédateur et, en voyant son regard orangé de serpent le parcourir comme on évalue une proie, il n'en doutât plus un instant. Elle finit par hocher la tête et fit signe aux soldats de relever le demi-elfe. Enfin, elle parla.

- Ce monsieur amusera sûrement ma soeur. Nous vous remercions de votre gentil présent, et veillerons à ce que vous soyez justement récompensés d'une telle trouvaille. Vous pouvez y aller, je ne vous retiens pas plus longtemps : vous devez être fort préoccupés par la traversée du désert. Au revoir.

C'était irrévocable, et si Oukilip voulut protester car lui aussi aurait aimé s'amuser avec Angeal, il ne dit rien. Il s'inclina maladroitement tout en reculant. Bientôt, Angeal resta seul avec la jeune fille. Celle-ci le fixait d'un air impassible.

- N'essaye même pas de t'enfuir. Au moindre geste, tu es mort. Suis moi.

Angeal n'esseya même pas de discuter. Il ne doutait pas de pouvoir se débarasser d'elle si il y était obligé, mais il répugnait à s'attaquer à une enfant. Alors qu'elle, visiblement, n'hésiterait sûrement pas à lui trancher la gorge. Sans un mot, il la suivit, guidé par ses cornes tordues.

Elle était petite, avec de longs cheveux noirs complètement ébouriffés. Angeal se demanda un court instant comme elle ferait pour traverser le désert en toute tranquilité, avec une telle crinière : elle risquait de mourir de chaud ! Menue, elle portait des vêtements étranges, et complètement noirs. De toutes évidences, c'était une jupe qui avait était déchirée en deux puis attachée autour de chaque jambe... Particulière, cette enfant. Mais ce qui avait de quoi effrayer, c'était la multitude de fourreaux qui pendait sur sa poitrine et sa taille. Si ils n'avaient contenu que de sdagues et des poignards, Angeal n'aurait pas été plus surpris que ça, mais ils conservaient aussi des ciseaux et des aiguilles longues comme son majeur et épaisse comme son petit doigt ! Sans nul doute, cette gamine était un maître dans l'art de torturer. et Angeal ne souhaitait vraiment, mais vraiment pas, avoir à tomber entre ses mains en de telles cirocnstances.

Ils arrivèrent devant une grande tente. En fait, elle était composée de trois grandes tentes disposées en triangle et reliées par une quatrième, au centre. Grimalkin souleva la toile qui masquait l'entrée et poussa Angeal à l'intérieur. Intérieur fort sombre malgré la lumière brûlante du soleil pourtant haut dans le ciel.

- J'ai un présent pour toi, ma soeur...

Une ombre bougea devant Angeal, sur la droite. Vu la haute stature de l'ombre, il n'ne pouvait douter, ce ne pouvait être que la fameuse Morwen... Mais la personne qui apparut devant lui n'était pas Morwen, ça non ! Cette femme avait de longs cheveux d'un blanc éclatant. Vêtue comme une grande dame, d'une superbe robe couleur d'argent, elle souriait avec tendresse à sa soeur. Son visage restait dans l'ombre. Tandis qu'elle s'approchait lentement, elle dit d'une voix douce :

- Et que m'apportes-tu, Grimalkin ?

La femme toujours plongée dans l'ombre tendit une main fine, gantée de cuir blanc. Elle effleura doucement le visage d'Angeal et il put enfin voir le sien. Il ne s'étonna plus de son touché. Comment, en effet, aurait-elle pu savoir quel était son présent, alors qu'elle était aveugle ? Un masque argenté était posé sur son visage, sauf qu'il n'y avait pas de trou pour permettre au yeux de regarder. La conclusion s'imposait d'elle-même. Ces trous ne servent à rien lorsqu'on ne peut pas voir.

- Un jeune homme ? Mais pourquoi ?

- C'est un être particulier, Dorothea. Il a des ailes.

- Et bien, c'est un héron. En quoi est-ce si étrange ?

- Ce n'est pas un héron. C'est un Elfe. Du moins, il en a le visage et l'apparence. Et il a des ailes... Qu'en penses-tu ?

La femme aux cheveux blancs, Dorothea, ne dit rien mais sa bouche se plissa en une moue soucieuse.

- Ce n'était pas prévu, ça... dit-elle tout bas. Mais enfin, monsieur, ne restait pas debout. Venez vous assoir, je vais vous servir une tasse de thé. Je te remercie, Grimalkin. Tu peux retourner à tes occupations.

- Très bien.

- Ah et... Pas un mot à Morwen, d'accord ?

La jeune fille haussa les épaules et s'en fut calmement, de sa démarche de félin.

- Je suis navrée, je manque à tous mes devoirs. Je me nomme Dorothea Yggdrasil. Puis-je savoir ce que vous êtes venu faire près de notre campement ? Vous venez nous espionner ?

La question avait été posée sans détours, mais d'une voix si douce qu'on ne pouvait y déceler la moindre suspicion. C'était de la curiosité, tout simplement. Sans un mot, et toujours souriante, elle attendit la réponse d'Angeal.
Revenir en haut Aller en bas
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeVen 20 Nov - 2:16

Tandis que l'un des gardes s'en allait en courant, l'autre retint Angeal par le bras alors que celui-ci allait prendre la poudre d'escampette...

Oukilip: Nous sommes navré, monsieur, mais nous allons vous demander de rester auprès de nous, le temps que notre Dame arrive.

Angeal: Et bien...

Notre demi-elfe allait sortir un argument pour sa défense quand il remarqua les nombreuses lances qui le menaçaient actuellement. Bien sûr, s'il ne se trompait pas, la puissance de ces personnes était ridicule comparée à la sienne, mais il lui fallait avouer qu'il ne voulait pas avoir recours à la violence, et qu'il était assez curieux de voir cette Dame, comme ils l'appelaient. Il consentit donc à s'assoir au sol, et tout en considérant le garçon au grand sourire effrayant, il observait un peu les environs. Heureusement qu'il portait son collier qui dissimulait sa puissance magique, car sinon il serait vraiment dans de beaux draps...

Mais visiblement, la Dame qui arriva n'était pas tout à fait celle qu'attendait le jeune garçon qui parut légèrement dépité, et à la fois quelque peu effrayé. Angeal ne les écouta que d'une oreille distraite. A en juger par l'égard qui était donné à cette jeune Grimalkin, il allait probablement se retrouver seul avec elle... Et il ne se trompa pas, puisque la jeune fille à la crinière brune congédia les soldats. En revanche, il fut loin d'apprécier le regard prédateur que cette jeune fille venait de lui lancer...

Grimalkin: N'essaye même pas de t'enfuir. Au moindre geste, tu es mort. Suis moi.

Le demi-elfe allait entamer la conversation, mais quelque chose le retint curieusement. En effet, ces derniers temps, il avait affaire à beaucoup de gamines un peu spéciales, et celle-ci en était une de plus à ajouter à la liste... Pas bien grande, avec des cheveux aussi sombres que le charbon et indomptables que les leviathans, et une paire de cornes tordues qui semblait indiquer "C'est par ici", cette fille était définitivement à ajouter dans la liste. Il ne s'inquiéta pas du fait qu'elle soit trop vêtue pour le milieu, puisqu'il venait de rendre visite à Nivalia qui survivait sans problème à la neige en vêtements de saison du feu. En revanche, les nombreux fourreaux remplis d'instruments tranchants, perçants ou contondants en toutes sortes l'inquiétaient un peu plus. Certes, il aurait mieux valu pour lui qu'il utilise ses capacités pour filer au plus vite, mais non seulement il devrait dans ce cas peut-être avoir recours à la violence, mais il ne verrait pas non plus ce que lui réservait cette Grimalkin. Et curieusement, il avait le pressentiment qu'il le regretterait dans ce cas.

L'Ase du Niflheim, bien que personne ne sache qu'il l'était, fut finalement conduit dans un complexe de tentes dans lequel il fit la connaissance d'un bien curieux personnage. Pourtant, cette personne n'avait rien à voir avec cette Morwen qui avait été mentionnée plus tôt et dont il avait entendu parler (en mal).

Il laissa donc les deux soeurs se parler, tentant par là de comprendre à qui il avait affaire, essayant tant bien que mal de distinguer quelque chose d'autre qu'une vague silhouette... Quelle ne fut pourtant pas sa surprise quand une main vint lui parcourir le visage. C'est alors qu'il comprit, avant même de voir le masque sans espace pour les yeux, qu'il était en face d'une aveugle.


???: Un jeune homme ? Mais pourquoi ?

Grimalkin: C'est un être particulier, Dorothea. Il a des ailes.

???: Et bien, c'est un héron. En quoi est-ce si étrange ?

Grimalkin: Ce n'est pas un héron. C'est un Elfe. Du moins, il en a le visage et l'apparence. Et il a des ailes... Qu'en penses-tu ?

Un léger silence se fit chez la femme aux cheveux blancs, mais son masque empêcha à l'Ase de voir le mouvement de ses lèvres.

???: Ce n'était pas prévu, ça... dit-elle tout bas. Mais enfin, monsieur, ne restait pas debout. Venez vous assoir, je vais vous servir une tasse de thé. Je te remercie, Grimalkin. Tu peux retourner à tes occupations.

Monsieur? Tasse de thé? Voila qui contrastait bien avec ce qu'avait pu entendre Angeal jusqu'ici. Cette fille à la robe d'argent était bien la première à le considérer comme un être vivant, et non pas un jouet ou une curiosité.

La conversation entre les deux soeurs se poursuivit quelques instants avant que la jeune fille aux allures de fauve prenne congé de sa soeur et de la curiosité ailée. Le demi-elfe alla donc s'assoir comme le lui avait demandé la jeune aveugle puis écouta.


???: Je suis navrée, je manque à tous mes devoirs. Je me nomme Dorothea Yggdrasil. Puis-je savoir ce que vous êtes venu faire près de notre campement ? Vous venez nous espionner ?

La question eut le mérite de légèrement déstabiliser Angeal. Les espionner? Vrai que maintenant qu'il était ici, c'était probablement la meilleure chose que son rang lui ordonnerait de faire. Et l'accueil jusqu'à présent semblait dire: "Espionne-nous!". Pourtant, la présence de cette fille en apparence si gentille lui fit oublier cette idée.

Angeal: Angeal Albarn. Juste un diplomate/médecin/mage itinérant. Et disons que je me suis un peu retrouvé ici par hasard, avant que vos amis ne s'intéressent à moi comme à une bête de foire, donc pour vous espionner... Disons que les circonstances ne s'y prêtent pas vraiment.

La situation avait quelque chose de grotesque. Angeal Albarn, qui était également l'Ase du Niflheim de Ragnarök, se retrouvait en plein coeur d'un campement de fanatiques armés jusqu'aux dents pour en découdre avec l'Ordre, et il s'apprêtait à prendre le thé avec - s'il ne se trompait pas - l'une des soeurs de l'homme qui voulait la fin de Ragnarök... Il sourit légèrement de la situation puis, en attendant que le thé soit prêt, il engagea un peu la conversation.

Angeal: Sans vouloir être indiscret, pourriez-vous me dire ce que fait une fille frappée de cécité et au coeur assez grand pour me considérer comme une personne même avec mes ailes dévoilées dans la tente principale d'un camp de soldats se préparant à la traversée du Morag Sul'Danor? Et pourquoi portez-vous un masque?

Une fois n'était pas coutume, Angeal avait demandé beaucoup de questions d'un coup, toujours sur un ton respectueux, et ce dès le début de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
MJ (Rhéa)



Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2009

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeMer 2 Déc - 22:36

- Je suis navrée, je manque à tous mes devoirs. Je me nomme Dorothea Yggdrasil. Puis-je savoir ce que vous êtes venu faire près de notre campement ? Vous venez nous espionner ?

La réponse s'était faite attendre une fraction de seconde.

- Angeal Albarn. Juste un diplomate/médecin/mage itinérant. Et disons que je me suis un peu retrouvé ici par hasard, avant que vos amis ne s'intéressent à moi comme à une bête de foire, donc pour vous espionner... Disons que les circonstances ne s'y prêtent pas vraiment.

Dorothea sourit avec douceur et se pencha pour posa une main gantée sur celle d'Angeal.

- Je suis sincérement navrée de l'accueil qui vous a été fait. Nos soldats sont un peu sur les nerfs, comprenez-vous : nous en sommes en campagne guerrière, après tout...

- Sans vouloir être indiscret, pourriez-vous me dire ce que fait une fille frappée de cécité et au coeur assez grand pour me considérer comme une personne même avec mes ailes dévoilées dans la tente principale d'un camp de soldats se préparant à la traversée du Morag Sul'Danor? Et pourquoi portez-vous un masque ?

Le sourire de Dorothea s'évanouit instantanément. Elle s'écarta de lui et s'en alla derrière un paravant. Au bruit qu'elle faisait, il était aisé de deviner qu'elle préparait le thé promis. Elle revint au bout d'une ou deux minutes, porteuse d'un plateau sur lequel reposaient deux tasses de métal et deux autres petits récipients. S'approchant d'un pas assuré, ce qui pouvait sembler étrange pour une aveugle, elle ne vit pas un obstacle qui se dressait sur son chemin, un petit tabouret de bois, et trébucha dangereusement. Elle se rattrapa in extremis, empêchant par là-même que le plateau tombe sur son invité et que le thé l'ébouillante.

Elle posa le plateau sur la table, ses joues légèrement rosées.

- Je suis navrée... J'espère que rien n'a été renversé... J'ai pourtant répété mille fois à Morwen de ne pas déplacer les meubles ! On dirait qu'elle prend un malin plaisir à m'embêter !

Et elle éclata d'un petit rire, visiblement peu soucieuse du fait qu'elle serait tombée la tête sur la table, risquant du même coup de se briser la nuque.

- Bref. Vos questions ayant été posées d'un ton curieux et non péjoratif, je m'en vais donc répondre à vos questions. Comme je vous l'ai dit plus tôt, je me nomme Dorothea Yggdrasil. Je suis donc une des trois soeurs de Zyllion Yggdrasil, le dirigeant de l'Ordre des Fanatiques, en ce moment en guerre contre l'Ordre de Ragnarök. Je suis donc ici pour assister mon frère aîné dans son entreprise. Et aussi pour canaliser les folies meurtrières de Morwen, j'en ai bien peur... De fait, ma cécité ne me gêne aucunement dans la tâche qui m'a été confiée. Je suis fort capable de me débrouiller face à Morwen, savez-vous ? En vérité, je ne la crains pas. Quoi que je devrais, parfois...

Elle se saisit de sa tasse, après avoir tatonné une seconde sur le plateau pour la trouver. Elle prit la coupole dans sa main et souleva légérement la tasse. Avant de boire, elle demanda :

- Souhaitez-vous du lait, ou du sucre ? Je n'en met jamais dans mon thé, et mes soeurs n'en boivent guère. Et je ne connais pas vos goûts... Servez-vous, ne vous gênez pas !

Et elle but tranquillement son thé, laissant un silence apaisant planer. Après deux gorgées, elle reposa sa tasse, qui teinta clairement en se posant sur le plateau.

- Quant au fait que je porte un masque, il vaut mieux pour vous que vous l'ignoriez, bien que ce ne soit guère difficile à deviner.

Son tendre sourire était réapparu. Elle pencha la tête sur le côté et, si elle n'avait pas son masque, Angeal aurait eu à affronter un regard intensément fixé sur lui, dans l'attente de ses réactions.

Finalement, elle se releva et parcourut l'espace, semblant chercher quelque chose. Elle revint avec un éventail blanc et s'éventa.

- Il fait une telle chaleur... Souhaitez-vous un peu d'air ?

Elle lui présenta son éventail. Un oeil comme celui d'Angeal pouvait comprendre fort facilement qu'elle ait si chaud : sa robe remontait jusque sous son menton et la couvrait jusqu'aux pieds, tandis que des gants masquaient le peu d'espace de peau apparant sur ses bras ! Un passe-montagne aurait été plus léger que sa tenue, surtout sous cette tente.

- Parlez moi de vous... Il est vrai que vous êtes intriguant, monsieur Albarn. D'après ma soeur, vous avez des traits d'Elfe et... commença-t-elle.

Elle se leva, s'approcha de lui, se pencha sur lui et toucha délicatement son visage.

- Et, effectivement, votre visage en a la finesse. Mais vous avez également des ailes. Les seules êtres humanoïdes ailés que je connaisse sont les Hérons. Tout cela est étrange. Vos parents appartenaient donc aux deux races que je viens de citer ? un alliance entre un Elfe et un Héron me semble étrange : les Hérons ne se mêlent à nous que depuis fort peu de temps...

Elle restait penchée sur lui. Le pli de sa bouche indiquait une certaine frustration à l'idée de ne pas savoir qui Angeal était. Soudain, elle s'écarta de lui et s'inclina respectueusement, ses joues rougies par la gêne et la honte.

- Je suis désolée, mes paroles ont dues vous choquer. N'y voyez pas une curiosité morbide : je ne vous prend pas pour une bête de foire. Je serai fort mal plaçée pour vous traiter de la sorte... Seulement, je suis intriguée...
Revenir en haut Aller en bas
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeJeu 3 Déc - 0:15

Angeal: Sans vouloir être indiscret, pourriez-vous me dire ce que fait une fille frappée de cécité et au coeur assez grand pour me considérer comme une personne même avec mes ailes dévoilées dans la tente principale d'un camp de soldats se préparant à la traversée du Morag Sul'Danor? Et pourquoi portez-vous un masque ?

Par cette phrase, notre Ase comprit qu'il avait été particulièrement maladroit, puisque même s'il ne pouvait le voir, il devinait que Dorothea venait d'être troublée par ces paroles. Cette dernière partit derrière un paravent duquel s'échappèrent quelques petits bruits de vaisselle. Le thé devait être en train de se préparer. La jeune demoiselle revint après avoir terminé cela avec une assurance assez mal placée et manqua de tomber avec le plateau dans ses mains en raison d'un tabouret qui n'avait visiblement rien à faire là. Cependant, avant qu'Angeal ait rien pu faire (à vrai dire, il était déjà presque levé et prêt à bondir), la jeune soeur du leader des Fanatiques se redressa et rien, pas même une goutte ne toucha le sol. Stupéfait, le demi-elfe se rassit.

Dorothea: Je suis navrée... J'espère que rien n'a été renversé... J'ai pourtant répété mille fois à Morwen de ne pas déplacer les meubles ! On dirait qu'elle prend un malin plaisir à m'embêter !
Bref. Vos questions ayant été posées d'un ton curieux et non péjoratif, je m'en vais donc répondre à vos questions. Comme je vous l'ai dit plus tôt, je me nomme Dorothea Yggdrasil. Je suis donc une des trois soeurs de Zyllion Yggdrasil, le dirigeant de l'Ordre des Fanatiques, en ce moment en guerre contre l'Ordre de Ragnarök. Je suis donc ici pour assister mon frère aîné dans son entreprise. Et aussi pour canaliser les folies meurtrières de Morwen, j'en ai bien peur... De fait, ma cécité ne me gêne aucunement dans la tâche qui m'a été confiée. Je suis fort capable de me débrouiller face à Morwen, savez-vous ? En vérité, je ne la crains pas. Quoi que je devrais, parfois...

Le plateau fut donc finalement posé sur la table, et après que Dorothea se soit saisie de sa tasse après l'avoir cherché à tâtons (Angeal l'ayant légèrement déplacé pour qu'elle la trouve plus aisément). Elle demanda alors ce que prendrait Angeal, auquel celui-ci répondit ainsi:

Angeal: Ce sera un nuage de lait pour moi, mais permettez-moi de me servir je vous prie.

L'Ase du Niflheim se servit donc tranquillement une tasse, se disant au fond de lui qu'il avait peut-être évité une nouvelle catastrophe de se produire. Il commença donc alors à savourer son thé, commençant légèrement après la jeune femme. Politesse ou réflexe contagieux de la part de la Gjallarhorn? Lui-même ne le savait pas réellement...

Dorothea: Quant au fait que je porte un masque, il vaut mieux pour vous que vous l'ignoriez, bien que ce ne soit guère difficile à deviner.

Angeal marqua un léger silence. Il pouvait y avoir plusieurs raisons pour que quelqu'un porte un masque. La première était pour qu'on ne détermine pas son identité, ce qui ici n'était pas le cas. Ensuite, il y avait la possibilité que la jeune femme ait subi de graves blessures qui l'auraient défiguré au visage. Il y avait également la possibilité que la jeune demoiselle soit tout simplement naturellement hideuse et qu'elle ait honte de se montrer, mais étant aveugle, c'était un cas de figure assez inhabituel. Enfin, il restait la possibilité que cette Dorothea cachait encore quelque chose. C'eut été surprenant puisque cette dernière avait paru jouer franc jeu dès le départ, mais la pensée ne s'écarta pas pour autant du demi-elfe...

Finalement, après avoir tendrement souri à Angeal et lui avoir posé un regard dont il ne savait rien, la jeune demoiselle se leva puis partit à la recherche de quelque chose...

Dorothea: Il fait une telle chaleur... Souhaitez-vous un peu d'air ?

Chaleur? Surpris, par la proposition de la jeune femme, Angeal prit le temps de regarder sa tenue plus en détail. En effet, elle était vêtue comme si elle s'apprêtait à affronter la Thoundra, il n'était donc pas étonnant qu'elle ait chaud, cependant... Pour toute réponse, elle reçut un éternuement de la part de l'Ase, qui eut pour effet de faire faire un grand mouvement à ses ailes, manquant de renverser la chaise sur laquelle il était. Se redressant, il répondit en ces termes

Angeal: "Merci de votre proposition, mais non merci. Je vis à Terrae depuis déjà assez longtemps pour m'être adapté au climat local. De plus, je reviens actuellement de Millenia, et j'ai peur que le soudain changement de température m'ait fait attraper froid."

Il ne fit pas de remarque sur la tenue de la jeune fille. Après tout, si on comparait leurs deux tenues, on y verrait un très fort contraste. En effet, si Dorothea était couverte de pied en cap, Angeal lui avait une tenue plus adaptée au climat local, même s'il l'utilisait un peu partout comme il n'était vraiment sensible au climat que lors de changements de température brusques (comme il en faisait actuellement les frais).

Dorothea: Parlez moi de vous... Il est vrai que vous êtes intriguant, monsieur Albarn. D'après ma soeur, vous avez des traits d'Elfe et... commença-t-elle.

Elle se leva, s'approcha de lui, se pencha sur lui et toucha délicatement son visage. Le demi-elfe se laissa faire sans protester, même si le contact des gants n'avait rien d'agréable pour lui. C'est alors qu'il en vint à penser que peut-être Dorothea était atteinte d'une de ces maladies qui corrompent le corps dans son ensemble. Pourtant, il y avait quelque chose d'étrange à cette hypothèse, mais il garda cela pour lui, pour l'instant.

Dorothea: Et, effectivement, votre visage en a la finesse. Mais vous avez également des ailes. Les seules êtres humanoïdes ailés que je connaisse sont les Hérons. Tout cela est étrange. Vos parents appartenaient donc aux deux races que je viens de citer ? un alliance entre un Elfe et un Héron me semble étrange : les Hérons ne se mêlent à nous que depuis fort peu de temps...

Angeal, le sentait, la jeune fille était frustrée par ce mystère de la nature. Et il comprenait parfaitement pourquoi, puisqu'après tout il était lui même toujours frustré par les incohérences auxquelles il se heurtait quand il tentait de savoir qui il était...

Dorothea: Je suis désolée, mes paroles ont dues vous choquer. N'y voyez pas une curiosité morbide : je ne vous prend pas pour une bête de foire. Je serai fort mal plaçée pour vous traiter de la sorte... Seulement, je suis intriguée...

Bien qu'elle ne put pas le voir, le demi-elfe fit un mouvement de la tête en signe de négation. Il n'y avait selon lui aucun mal à se poser des questions sur ce genre de mystères. Peut-être même était-ce pour ça qu'il s'était laissé capturer...

Angeal: "Ne vous en faites pas, à la longue ça n'a plus grand chose de blessant. Mais je peux vous dire ce que je sais. Pour le peu que je m'en souviens, ma mère était elfe, et elle me disait que mon père était un héron, bien que je ne l'ai jamais connu. Cependant, cela présente beaucoup de contradictions, puisque tout hybride né d'un héron et d'une autre espèce humanoïde possédant des capacités de métissage peu élevées, comme les elfes, sont soit morts soit difformes. Et je pense n'appartenir à aucune de ces deux catégories. De plus, même si on trouvait déjà des elfes en compagnie des hérons lorsque leur existence a éclaté au grand jour, je n'ai aucun souvenir d'avoir vécu là-bas pendant la période où j'étais encore avec ma mère, et celle-ci remonte à plus de deux siècles."

Angeal se tut. C'était la première fois depuis bien longtemps qu'il parlait de la femme qui l'avait mis au monde. Il aurait aimé avoir plus de souvenirs d'elle, ne serait-ce que pour connaitre les réponses à toutes ces questions. Après tout, si une personne pouvait lui dire qui il était, c'était bien elle, pourtant... Il n'en gardait presque aucun souvenir. Il ne se souvenait que d'un visage flou aux cheveux bleu clair, avec de longues oreilles pointues. On lui avait raconté dans son enfance (période dont il ne se souvenait pas de la durée) qu'elle avait disparu du jour au lendemain, le laissant aux bons soins d'une communauté d'elfes sylvains. Pourtant, même s'il ne s'en souvenait guère, il savait que sa mère n'aurait jamais été du genre à abandonner son enfant sans une très bonne raison. Mais laquelle alors?

Constatant qu'il s'était renfermé dans ses pensées un bon moment déjà, l'Ase reprit ses esprits et revint face à son interlocutrice. S'interroger sur le passé ne lui servirait à rien, pour l'instant. Il fallait songer à l'avenir, et à ce qu'il allait faire maintenant.


Angeal: "Désolé, j'étais pensif. Vous parler a fait ressurgir en moi des questions que j'avais jusque là laissé de côté. Mais s'interroger sur le passé ne sert à rien, il vaut mieux se concentrer sur l'avenir. En parlant de cela..."

Il repensa à un détail auquel il aurait dû penser avant. Sa présence ici n'était pour l'instant pas déplaisante, mais il avait des devoirs, et il savait que la Vanyne du Niflheim n'allait jamais s'en sortir sans lui, avec le monstre de travail qui l'attendait pendant que le Helheim, le Asgard et le Misgard se préparaient à la bataille du Desierto... De plus, même si cela ne se voyait pas au premier abord, il était actuellement dans l'avant-poste de l'ennemi, à discuter avec l'un des généraux qui était derrière l'attaque de la Racine...

Angeal: "Dois-je me considérer comme un invité ou comme un prisonnier dans le cas présent? Comme je vous l'ai dit, je suis diplomate, médecin et mage, et j'ai des obligations qui y sont liées. Je suis donc au regret de vous dire que je ne puis me permettre de rester longtemps ici."

En secret, Angeal repensa également à la terrifiante efficacité du Muspellheim. Il savait que s'il restait trop longtemps, la Gjallarhorn finirait par en être informée, et dans ce cas, il aurait à affronter l'ire de cette dernière à son retour. De plus, il était actuellement en position de pouvoir retarder la bataille du Desierto, et il ne le faisait pas... Il était donc évident que l'elfe aux cheveux mauves qui dirigeait le Muspellheim allait le tuer à son retour...
Revenir en haut Aller en bas
MJ (Rhéa)



Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2009

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeLun 7 Déc - 0:24

- Il fait une telle chaleur... Souhaitez-vous un peu d'air ?

- Merci de votre proposition, mais non merci. Je vis à Terrae depuis déjà assez longtemps pour m'être adapté au climat local. De plus, je reviens actuellement de Millenia, et j'ai peur que le soudain changement de température m'ait fait attraper froid.

- Millenia... Ce voyage était visiblement d'importance, puisqu'il s'agissait d'aller retrouver une personne qui vous est chère...

Elle avait murmuré, si bas qu'Angeal aurait pu douter de l'avoir entendu. Elle enchaîna d'ailleurs très vite, d'une voix plus haute :

- Parlez moi de vous... Il est vrai que vous êtes intriguant, monsieur Albarn. D'après ma soeur, vous avez des traits d'Elfe et... Et, effectivement, votre visage en a la finesse. Mais vous avez également des ailes. Les seules êtres humanoïdes ailés que je connaisse sont les Hérons. Tout cela est étrange. Vos parents appartenaient donc aux deux races que je viens de citer ? Une alliance entre un Elfe et un Héron me semble étrange : les Hérons ne se mêlent à nous que depuis fort peu de temps.

Elle avait effleuré son visage lentement, tendrement, presque comme une mère toucherait son enfant. Puis elle s'était écartée brusquement, consciente que ses questions et son geste aurait pu choquer n'importe qui. Cependant, il n'eut pas la réaction à laquelle elle s'attendait.

- Ne vous en faites pas, à la longue ça n'a plus grand chose de blessant. Mais je peux vous dire ce que je sais. Pour le peu que je m'en souviens, ma mère était elfe, et elle me disait que mon père était un héron, bien que je ne l'ai jamais connu. Cependant, cela présente beaucoup de contradictions, puisque tout hybride né d'un héron et d'une autre espèce humanoïde possédant des capacités de métissage peu élevées, comme les elfes, sont soit morts soit difformes. Et je pense n'appartenir à aucune de ces deux catégories. De plus, même si on trouvait déjà des elfes en compagnie des hérons lorsque leur existence a éclaté au grand jour, je n'ai aucun souvenir d'avoir vécu là-bas pendant la période où j'étais encore avec ma mère, et celle-ci remonte à plus de deux siècles.

Dorothea eut un geste d'étonnement.

- Deux cents ans ?? Tant que ça ? Et bien... Me voilà reléguée au rang de petite fille...

Il semblait ne pas avoir entendu ses paroles, plongé comme il l'était dans ses pensées. Il ne dit rien pendant plusieurs minutes. Dorothea se plongea dans ses propres pensées. Angeal Albarn... Un éclair traversa l'esprit de Dorothea. Elle le vit, apparament jeune enfant de douze ans, porté au nue par les habitants de Vegetopia. Messager des Dieux. Amnésie. Elle vit un adolescent enferré, tandis que des êtres à la peau verte, puissants et monstrueux, le réduisaient en esclavage. Orcs. Humiliation. Puis, la délivrance. La même personne qu'Angeal avait été cherché à Millenia ? Reconnaissance infinie. Loyauté. Elle le vit à genoux entre des soldats portant les couleurs des Fanatiques. Le regard de Grimalkin sur lui. Elle le vit assis devant elle. Soudain, les brumes de l'avenir se déchirèrent devant elle. Le regard que Morwen poserait sur lui. Son air horrifié lorsqu'il verrait son visage. Dorothea rejetta la tête en arrière, se libérant de ses visions.

Juste après, il sembla émerger de ses propres pensées, et s'excusa pour son moment d'absence. Elle s'apprêtait à lui répondre qu'il n'y avait aucun mal lorsqu'il dit :

- Dois-je me considérer comme un invité ou comme un prisonnier dans le cas présent ? Comme je vous l'ai dit, je suis diplomate, médecin et mage, et j'ai des obligations qui y sont liées. Je suis donc au regret de vous dire que je ne puis me permettre de rester longtemps ici.

Là encore, elle s'apprêtait à lui répondre lorsqu'une nouvelle vision l'assaillie. Déjà ?

- Surtout, ne lui dites rien. N'ouvrez la bouche sous aucun prétexte.

A peine sa phrase dite, la toile qui masquait l'entrée de la grande tente se souleva, laissant entrer une femme. Elle avait de longs, de très longs cheveux noirs. Vue comme ça, elle était absolument sublime. Cependant, la folie qui suintait de son regard et la colère qui tordait son visage la rendait plus terrifiante que belle. Elle se stoppa net en voyant Dorothea assise devant Angeal.

- Qui est-ce ?

Dorothea se leva avec légéreté et dit en souriant :

- Ma soeur, je te présente Angeal Albarn. Il est mon invité, aussi te prierai-je ne pas le toucher, ni même de t'en approcher. D'accord ?

La femme ne dit rien et, faisant fi de la demande de sa soeur, s'approcha d'Angeal d'une démarche souple. Les détails de son anatomie apparurent plus clairement alors qu'elle se penchait sur lui, comme Dorothea l'avait fait auparavant, mais sans douceur aucune cette fois-ci. Elle se saisit du menton d'Angeal et l'observa sous toutes les coutures. Elle finit par sourire, d'un sourire tordu et effrayant de cruauté.

- Quel beau visage. Un peu trop beau pour être honnête...

Elle serra le menton plus fort et Angeal put sentir de longs ongles s'enfoncer dans sa peau : pas assez pour le marquer, mais assez pour lui faire mal. Non, pas des ongles. Des griffes. Lorsqu'elle le libéra, il comprit qu'effectivement, elle avait bien des griffes, tout comme elle n'avait pas des mains humaines, mais des mains plus propisces à un dragon : couvertes d'écailles d'un vert sombre, moucheté de noir. Une demi-drycane, évidement, tout comme son frère aîné. Elle retourna près de sa soeur.

- Qui est-il, Dorothea ? Et surtout, que fait-il dans notre tente ? Qui t'a donné l'autorisation de le faire pénétrer ici ? Ignores-tu donc les risques que tu as pris, idiote ? C'est peut-être un espion de Ragnarök !

La voix de celle que l'on nommait Morwen montait crescendo, jusqu'à ce qu'elle se mette à crier. Dorothea ne se démonta pas. Elle sourit calmement.

- Je l'aurai vu, si il avait été...

Elle se tut soudain, figée telle une statue de glace. Le passé la frappa comme un coup de poing. Le libérateur d'Angeal. Celui vers qui allait sa loyauté. Son chef, son ami. Cette personne qui lui était si précieuse. Nivalia Fimbulis. Dorothea chancella avant de s'effondrer au pieds de sa soeur aînée, qui ne fit pas un geste. Ce fut Grimalkin, silencieuse et furtive comme une ombre dans la nuit, qui se glissa près d'elle pour l'aider à se relever. Avec son aide, Dorothea se redressa, livide et tremblante. Elle alla s'assoir sur sa chaise en face d'Angeal.

- Je suis navrée, un étourdissement. C'est peut-être du à la chaleur. Quoi qu'il en soit, je t'assure Morwen que je l'aurai tout de suite su, si il avait été un espion.

- Si il n'est pas là pour nous espionner, pourquoi est-il sous cette foutue tente ?

La voix de l'aînée avait claquée, sèche et basse, effrayante. Ce fut Grimalkin qui répondit, d'un ton laconique et ennuyé.

- C'est un Elfe avec des ailes.

Morwen se tourna vers lui, un sourire cruel sur le visage.

- Ah oui ? Encore une curiosité de la nature... Par chance, j'aime beaucoup les curiosités...

Et elle s'approcha de lui. Avant qu'Angeal n'ait pu réagir, Dorothea s'était redressée avec vivacité et s'était saisie de la main de sa soeur, qui se tendait avidement vers le jeune diplomate itinérant.

- Ne le touche pas.

C'était un ordre. Cela mit Morwen dans une rage folle, meurtrière. Elle décocha à sa soeur une gifle étourdissante, faisant voler son masque loin d'elle. Avant que Dorothea n'ait touché le sol, Morwen avait empoigné le manche d'un grand sabre recourbé au tranchant, Angeal le devina, acéré. Dans le même temps, Dorothea avait plongé la main sous sa robe et avait retiré de sous le tissu un long revolver, qu'elle braqua sur sa soeur.

Figées l'une comme l'autre. Angeal vit alors le visage de celle qui avait été si gentille avec lui. La partie inférieur de son visage était lisse, témoignage d'une beauté stupéfiante. La partie supérieure du visage, elle, était boursoufflée de nombreuses cicatrices, vestiges d'une effroyable blessure qui avait coûté la vue à une innocente jeune fille. Les cheveux défaits, ils coulaient par terre en vagues blanches. Ses yeux, qui avaient dû être bleus, étaient désormais laiteux, opalescant. Morwen lâcha son épée et s'effondra devant sa petite soeur en pleurant comme une enfant. Elle posa les mains sur le visage ravagé de Dorothea, le serrant fortement, et plongea son propre visage dans le cou de sa soeur.

- Pardon. Pardon. Pardon. Pardon. Pardon...

Dorothea baissa son arme encore tendue et fit un geste vers Grimalkin, qui posa le masque sur la table et se pencha sur Morwen. Celle-ci s'accrochait à sa soeur comme à une bouée de sauvetage, pleurant et suppliant à la fois.

- Emmène la vite. S'il te plaît...

Grimalkin arracha son aînée à son autre soeur et la traîna dans ses quartiers, laissant Dorothea seule avec Angeal. Celle-ci se redressa avec dignité et se tourna, fière et droite, vers son invité.

- Veuillez ne pas juger ma soeur sur ce que vous venez de voir. C'est quelqu'un de bien.

Elle s'assit face à lui, délaissant son masque, puisqu'il n'avait plus rien à cacher.

- Avant que vous ne posiez la question, oui, mes vêtements cachent d'autres cicatrices du même type. Navrée si vous ne souhaitiez pas la poser, j'anticipais juste votre réaction et vu que les rares personnes ayant apperçu mon visage ont immédiatement demandé ça...

Elle croisa les doigts et le fixa longuement de son regard aveugle.

- Quelle est votre position en ce qui concerne le conflit qui nous opposent, nous, les Fanatiques, à l'Ordre de Ragnarök ? demanda-t-elle brusquement.
Revenir en haut Aller en bas
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeLun 7 Déc - 3:03

Angeal: Merci de votre proposition, mais non merci. Je vis à Terrae depuis déjà assez longtemps pour m'être adapté au climat local. De plus, je reviens actuellement de Millenia, et j'ai peur que le soudain changement de température m'ait fait attraper froid.

Dorothea: Millenia... Ce voyage était visiblement d'importance, puisqu'il s'agissait d'aller retrouver une personne qui vous est chère...

Quand Angeal entendit ces mots portés à une voix si basse, il fut légèrement intrigué. Comment savait-elle cela? Puis, il se dit qu'il avait peut-être simplement imaginé ce qu'elle venait de dire...

Suite à cela, il lui raconta son origine en la résumant à ses traits les plus essentiels, tout en étant amusé de voir que son absence totale de réaction étonnait cette jeune fille. Cependant, il n'entendit même pas la remarque que fit Dorothea sur son âge. Et ne remarqua pas non plus que pendant que lui était perdu dans ses pensées, la jeune fille semblait l'y rejoindre...

Angeal posa alors la question de son statut, à laquelle la jeune demi-drycane allait répondre quand elle s'interrompit pour avertir le demi-elfe qu'il allait devoir être silencieux. Celui-ci s'étonna alors de la requête de la jeune fille quand il vit entrer sa soeur, une femme qui lui apparut dans un premier temps très belle, puis l'instant d'après comme défigurée par la folie qui l'habitait. Il comprit alors la raison de la requête de Dorothea.


Morwen: Qui est-ce ?

Dorothea: Ma soeur, je te présente Angeal Albarn. Il est mon invité, aussi te prierai-je ne pas le toucher, ni même de t'en approcher. D'accord ?

L'espace d'un instant, notre demi-héron se dit qu'il eut mieux valu pour lui qu'il donne un faux nom à la jeune fille plutôt que son vrai. En effet, peut-être cette erreur allait-elle lui coûter l'anonymat qu'il appréciait tant...

C'est alors que la femme aux traits terrifiants s'approcha à son tour d'Angeal pour le saisir par le menton avec beaucoup moins de douceur que sa soeur. L'Ase du Niflheim tenta alors de se dégager de cette emprise, puisqu'il ne l'avait permis à Dorothea que parce que c'était le seul moyen qu'elle avait pour déterminer son apparence, mais les doigts de Morwen se montrèrent les plus forts.


Morwen: Quel beau visage. Un peu trop beau pour être honnête...

Le visage d'Angeal s'assombrit alors. En effet, il savait que si son interlocutrice n'était pas aussi marquée par la folie sur son visage, elle le sien serait aussi "trop beau pour être honnête". Pourtant, malgré les griffes que l'Ase sentit s'enfoncer dans son menton, il ne parvenait pas à éprouver de sentiment négatif envers cette personne. Non, son regard ne trompait pas, c'était celui d'une fille fragile qui avait été brisée mentalement. Enfin, elle le lâcha et il se sentit soulagé quelques secondes, avant qu'elle ne se mette à crier sur sa soeur qui lâcha alors quelques mots qui attirèrent l'attention d'Angeal. Elle l'aurait vu? Dorothea pouvait-elle, par hasard, lire les esprits?

C'est alors qu'elle fut comme frappée d'un malaise et s'écroula au sol. En cet instant, Angeal commença inconsciemment à relâcher son flux magique, prêt à prendre la tangente si les choses évoluaient mal pour lui. Toute chose capable de percevoir les flux magiques aurait alors pu voir l'importance du sien, clairement différentiable de celle d'un magicien inexpérimenté. Nous avions là tout le pouvoir d'un maître mage qui se dévoilait... Et il espérait au fond de lui ne pas avoir à s'en servir... Intérieurement, l'Ase du Niflheim commençait vraiment à être effrayé par la tournure que prenaient les choses, surtout avec l'arrivée de Grimalkin qu'il n'avait jusque là pas remarquée...


Dorothea: Je suis navrée, un étourdissement. C'est peut-être du à la chaleur. Quoi qu'il en soit, je t'assure Morwen que je l'aurai tout de suite su, si il avait été un espion.

Morwen: Si il n'est pas là pour nous espionner, pourquoi est-il sous cette foutue tente ?

Grimalkin: C'est un Elfe avec des ailes.

Morwen: Ah oui ? Encore une curiosité de la nature... Par chance, j'aime beaucoup les curiosités...

C'est alors que les choses dégénérèrent vraiment. D'abord, Dorothea prit la défense d'Angeal, paniquée, puis elle fut envoyée au sol par un coup de sa soeur, faisant à l'occasion tomber son masque. Les deux soeurs se menacèrent alors mutuellement, l'une d'un revolver, l'autre d'un long sabre. Il y eut alors un instant de flottement au cours duquel le demi-elfe put constater les cicatrices de Dorothea. Il ne fut que moyennement surpris par ce spectacle, et son attention toute entière était tournée vers la scène actuelle. Il s'apprêtait à dire quelque chose, mais il se souvint que la jeune fille lui avait demandé de garder le silence...

C'est alors que quelque chose d'inattendu se produisit. En effet, Morwen éclata en sanglots et vint se blottir contre sa soeur en lui demandant pardon... En voyant ce spectacle, Angeal ne put s'empêcher une remarque au fond de lui-même...


Angeal: °Je ne comprend pas... Il est évident que ces trois filles ont connu l'enfer dans la vie... Et elles se battent pour les dieux?! Ca tourne au n'importe quoi!°

Grimalkin emmena alors Morwen sur commande de Dorothea, et enfin ils furent de nouveau seuls, elle et lui. Angeal restreignit alors de nouveau son flux magique. Il effectua alors des regards dans tous les recoins de la pièce, à la recherche de Grimalkin. C'est dans ce genre de moments qu'il regrettait de ne pas pouvoir aussi bien détecter les présences que Nivalia...

Dorothea: Veuillez ne pas juger ma soeur sur ce que vous venez de voir. C'est quelqu'un de bien.

Le demi-elfe laissa la jeune femme s'assoir, gardant pour lui qu'il trouvait le spectacle qu'était sa soeur tout bonnement affligeant. Il y avait actuellement quelque chose de brûlant sur le feu...

Dorothea: Avant que vous ne posiez la question, oui, mes vêtements cachent d'autres cicatrices du même type. Navrée si vous ne souhaitiez pas la poser, j'anticipais juste votre réaction et vu que les rares personnes ayant aperçu mon visage ont immédiatement demandé ça...

Angeal: ...

Le silence lui avait paru la meilleure démarche à adopter. En effet, épiloguer là-dessus n'allait probablement rien apporter dessus et pourrait même faire jaillir de mauvais souvenirs, il garda donc toute réflexion pour lui. En tout cas, elle était encore vivante, même si grandement incapacitée...

Dorothea: Quelle est votre position en ce qui concerne le conflit qui nous opposent, nous, les Fanatiques, à l'Ordre de Ragnarök ? demanda-t-elle brusquement.

Angeal soupira... Il avait donc vu juste cette fille pouvait lire les pensées, ou avait un don qui s'y apparentait beaucoup, cette question posée à ce moment le montrait... Et pourtant, elle l'avait couvert auprès de sa soeur complètement folle. Quel pouvait bien être le sens de tout ceci?!

Angeal: Donc vous savez pour moi... Désolé d'avoir gardé le silence là-dessus jusqu'ici, mais j'avais peur de savoir ce que vous feriez si vous appreniez que j'étais un membre de Ragnarök...

Après un long soupir puis un dernier regard pour tenter de discerner la présence ou l'absence de Grimalkin, il reprit sa parole:

Angeal: Laissez-moi me présenter à nouveau. Je suis Angeal Albarn, Ase du Niflheim de l'Ordre de Ragnarök. Je suppose que vous savez ce que cela signifie. Vous avez en face de vous la deuxième personne la plus importante de la section relations et diplomatie de votre ennemi principal. Et quant à ce que je pense de la guerre qui nous oppose, je suis convaincu qu'elle est absolument ridicule. La force brute ne devrait jamais être notre principal argument, et se battre pour savoir qui a raison est à mes yeux absurde. Je fais partie du Niflheim car je crois en l'existence d'une troisième voie.

Il s'arrêta. Pour lui, les choses maintenant étaient presque perdues pour se terminer sans effusion de sang ou de larmes. Il prit alors un air grave et continua son discours.

Angeal: Quant à moi, j'ai également deux questions à vous poser. La première, c'est la raison pour laquelle vous m'avez défendu face à votre soeur alors que vous savez que j'appartiens au camp de vos ennemis. La deuxième, ça serait de savoir pourquoi vous continuez de servir vos prétendus dieux après ce que vous avez souffert. Quatre-vingts ans d'esclavage auprès d'orcs m'ont montrés qu'il n'existe pas de dieu en ce monde, et que ces êtres que vous vénérez ne sont que de vulgaires imposteurs, alors... Pourquoi vous qui semblez déjà avoir connu l'enfer vous continuez de vous battre pour eux?!
Revenir en haut Aller en bas
MJ (Rhéa)



Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2009

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeJeu 10 Déc - 1:22

- Quelle est votre position en ce qui concerne le conflit qui nous oppose, nous, les Fanatiques, à l'Ordre de Ragnarök ? demanda-t-elle brusquement.

Angeal soupira. Si Dorothea avait eu le moindre doute quant à sa vision, il venait de s'évaporer. Elle se sentit trahie. Trahie et déçue. Pourquoi la seule personne avec qui elle désirait créer des liens d'amitié depuis de nombreuses années se trouvait forcément être un des membres les plus importants du clan qu'elle-même et les siens voulaient détruire ? C'était injuste. N'avait-elle pas été déjà assez punie ?
Les paroles qui suivirent ce soupir finirent de l'achever.

- Donc, vous savez pour moi... Désolé d'avoir garder le silence là-dessus jusqu'ici, mais j'avais peur de savoir ce que vous feriez si vous appreniez que j'étais un membre de Ragnarök...

Ainsi donc, c'était bel et bien vrai... Qu'avait-elle fait ? Elle voyait toute l'ampleur de sa folie avec une clarté dévastatrice. Elle avait hébergé sous sa tente un Ase de Ragnarök. Un ennemi. Son ennemi. Mais... Elle pouvait retourner ce désavantage en sa faveur...

- Laissez moi me présenter à nouveau. Je suis Angeal Albarn, Ase du Niflheim de l'Ordre de Ragnarök. Je suppose que vous savez ce que cela signifie. Vous avez en face de vous la deuxième personne la plus importante de la section relations et diplomatie de votre ennemi principal. Et quant à ce que je pense de la guerre qui nous oppose, je suis convaincu qu'elle est absolument ridicule. La force brute ne devrait jamais être notre principal argument, et se battre pour savoir qui a raison est à mes yeux absurde. Je fais partie du Niflheim car je crois en l'existence d'une troisième voie.

- Cette guerre n'aurait jamais du avoir lieu, j'en conviens.

Il avait fini sa diatribe. Dorothea était perdue dans ses pensées. Elle regardait les possibilités qui s'offraient à elle. En fonction du passé et du présent, elle tentait de prévoir l'avenir, ce qui n'était pas chose aisée. Plusieurs choix se présentaient. D'un côté, elle pouvait tout simplement le tuer sur place, ce qu'elle ne doutait pas de réussir. Elle y laisserait forcément la vie, mais elle l'emmènerait avec elle dans la mort. Ou bien elle le donnait en pâture à Morwen et, si elle désirait se joindre aux festivités, à Grimalkin. Ou bien... Il la fit revenir à la réalité, d'une voix grave.

- Quant à moi, j'ai également deux questions à vous poser. La première, c'est la raison pour laquelle vous m'avez défendu face à votre sœur alors que vous saviez que j'appartiens au camp de vos ennemis. La deuxième, ça serait de savoir pourquoi vous continuez de servir vos prétendus dieux après ce que vous avez souffert. Quatre-vingts ans d'esclavage auprès d'orcs m'ont montrés qu'il n'existe pas de dieu en ce monde, et que ces êtres que vous vénérez ne sont que de vulgaires imposteurs, alors... Pourquoi vous qui semblez déjà avoir connu l'enfer vous continuez de vous battre pour eux ?!

Dorothea garda le silence et se contenta de le fixer de son regard aveugle, une main posée sur son ventre. Ses doigts se crispèrent sur l'étoffe de sa robe. Oui, pourquoi continuait-elle à se battre pour eux ? Ils lui avaient déjà tant pris... Des souvenirs qu'elle aurait préféré oublier, qu'elle aurait préféré ne jamais avoir, lui revinrent en mémoire. Elle ferma les yeux un court instant et ramassa son masque, qu'elle reposa sur la partie abîmée de son visage. Un sourire triste se dessina sur ses lèvres.

- Je vous ai défendu parce que je ne désirais pas voir votre sang couler sur mon beau tapis, voilà tout. Et, croyez-moi, il y aurait eu beaucoup de sang.

¤ Mais qui crois-tu tromper, pauvre folle ? Tu n'impressionnes personne. ¤

- La vérité, c'est que j'espérais encore que ma vision soit fausse et que vous puissiez être un ami. Ce qui n'est, malheureusement, plus le cas...

Elle se leva et parcourut la pièce, s'arrêtant parfois pour sonder le futur sans succès. Dorothea se stoppa également devant le voile qui masquait les appartements de Morwen avant de recommencer à marcher. Elle s'arrêta derrière Angeal et posa ses mains sur ses épaules, d'un geste tout aussi doux que celui qu'elle avait eu en lui touchant le visage.

- Il existe plusieurs types de personnes, M. Albarn. Certains, après avoir été esclave dans un camp d'orcs comme vous ou qui ont été atteints dans leur chair comme moi, cessent totalement de croire en une quelconque divinité ou bien, si ils y croient encore, ne cherche qu'à les détruire pour les punir des souffrances qu'ils ont infligé. C'est un point de vue que je peux aisément comprendre, puisque c'était aussi le mien...

Ses mains quittèrent les épaules d'Angeal et elle le contourna pour s'agenouiller devant lui, la tête basse. Elle enleva ses gants, dévoilant des mains écailleuses ravagées par d'effroyables cicatrices. Enfin, elle se saisit de celles de son invité, tendrement, s'émerveillant dans leur douceur et honteuse de l'état des siennes.

- Et il y en a d'autres qui, nées fragiles mentalement comme l'est Morwen ou brisées par la vie comme le fut Grimalkin, perdent toutes attaches en ce bas monde et n'ont de réconfort qu'entre les mains des Dieux. C'est un point de vue que je peux également comprendre.

Elle releva la tête et garda le silence un court instant, encore incertaine de la façon d'agir plus tard, quand le moment serait venu.

- Vous ne comprenez pas pourquoi je continue de combattre pour eux, et c'est normal. La vérité, c'est que je n'ai plus aucune foi en ces Dieux. J'irai même jusqu'à dire que je les méprise pour ce qu'il m'ont fait subir...

Elle inspira profondément, difficilement.

- A cette époque, j'étais très pieuse, comme mon frère et mes sœurs. Malheureusement, j'avais des goûts que l'on peut aisément considérer comme déviants, ou plutôt, qui ne sont guère apprécier des Dieux. Ils m'ont puni, enfin c'est ce que Morwen a dit, elle qui s'est fait l'instrument involontaire de leur sanction. Mon père était un alchimiste. Il aimait bien faire des potions étranges et son laboratoire était toujours pleins de fioles emplies de liquide colorés, chatoyants. Nous aimions tous beaucoup l'observer durant ses travaux. Un jour, Morwen, qui était déjà très fragile et sujette à des sautes d'humeur impressionnantes, a fait une crise, comme celle à laquelle vous avez assisté tout à l'heure. Sans même comprendre ce qu'elle faisait, elle s'est saisit d'un alambic et me la verser sur la tête. Il était plein d'acide et mon corps s'est mis à fondre. Dans sa folie, elle m'a hurlé que mes expériences étaient le fruit d'un esprit malade et déviant et que les sorcières comme moi méritaient d'être brûlées vives. Elle disait aussi être la main des dieux, choisie pour me châtier personnellement pour ce que je devenais. Je l'ai cru sur parole et mon amour pour les dieux s'est mué en haine avant que tout sentiment à leur égard ne disparaissent complétement. Voilà l'histoire.

Elle rebaissa la tête, ne cherchant pas à s'expliquer plus avant sur les goûts déviants qui étaient et sont encore les siens. Elle reprit :

- Mais je ne peux me résoudre à abandonner Morwen et Grimalkin. Elles sont si fragiles, vous savez... Elles ont l'air fortes, comme ça, mais elles ne peuvent rien, seules. Elles ont besoin de moi. Et mon frère aussi. En fait, je me suis éloignée pendant très longtemps de ma famille, après que j'ai guéri - enfin, si on peut appeler ça guérir. Si longtemps que je n'ai pas vu mon père et ma mère mourir : je n'ai su ces nouvelles qu'un an et demi après. Si longtemps que je n'ai pas su ce qui arrivait à Grimalkin. Si longtemps que Morwen s'est enfoncée irrémédiablement dans la folie, sans aucun espoir de retour. Si longtemps que mon frère s'est laissé entrainé dans un fanatisme exacerbé, désespéré comme il l'était pas les horreurs qui frappaient les siens sans qu'il ne puisse rien faire pour les aider.

Les mains de Dorothea serrèrent convulsivement celles d'Angeal, qui put voir des larmes glisser silencieusement sur les joues pâles de la demi-drycane.

- Malgré le mépris que j'ai pour les Dieux, quand mon frère est venu me chercher là où je m'étais recluse pour continuer mes expériences sans craintes, j'ai immédiatement accepté de me mettre à son service et, indirectement, à celui des Dieux. Je savais que cela arriverait, et je m'y étais préparée. Zyllion avait besoin de moi, de mes talents, même si il ne les cautionnait pas. Et il fallait quelqu'un qui avait assez d'ascendance sur Morwen pour réfréner ses folies ou pour contenir la haine de Grimalkin. De toutes façons, je serai revenue même si il ne m'avait pas demandé. Je n'aurai pas accepter de les laissez toutes seules, mes pauvres chéries, au sein d'une guerre qui n'est pas la leur.

Elle se releva, digne et fière malgré les larmes qui coulaient abondamment sur son visage.

- Comprenez-moi et ne m'en voulez pas, Angeal. C'est par amour pour ma famille que je combat. Juste par amour. Et c'est aussi par amour pour eux que je vais vous tuer !

Sur la dernière phrase, elle avait haussé la voix. Tirant son revolver de sous sa robe, elle le pointa sur Angeal. Avant que celui-ci n'ait pu réagir, elle avait tiré. La balle jaillit à une vitesse faramineuse et s'enfonça profondément dans le tapis. La détonation fut suivie d'un silence pesant. Elle remit son revolver sous sa robe et, d'un geste vif, se saisit du poignet d'un Angeal stupéfait. Elle l'entraîna rapidement dans la direction opposée où étaient allées Morwen et Grimalkin. Il se trouvait que l'endroit où Dorothea le menait était sa propre chambre. Ils contournèrent un grand lit et elle prit une longue dague sur sa commode. D'un geste prompt, elle trancha la toile épaisse qui séparait la chambre de l'extérieur de la tente, créant une ouverture assez large pour se glisser dehors, mais aussi assez fine pour ne pas être vue immédiatement. Elle le poussa dehors avant de le suivre. Immobiles, ils écoutèrent les bruits en provenance de la tente, et n'en perçurent aucun. Dorothea soupira et s'essuya les joues.

- Puisse Morwen me pardonner cette nouvelle offense... murmura-t-elle.

Alors qu'elle se saisissait de nouveau de la main d'Angeal pour l'entraîner derrière elle, une voix les firent se stopper net.

- Vous n'irez nul part, tous les deux. Les fuites en amoureux entre ennemis sont de forts mauvais goût, en cette période de guerre, ma sœur...

Dorothea se retourna vers Grimalkin.

- Je n'ai pas d'ordre à recevoir de toi. Laisse moi passer.

Grimalkin s'avança.

- Tu ne peux pas faire ça, Dorothea. Morwen te tuera dès qu'elle aura vent de tout ceci, et tu le sais très bien. Ne fais-tu donc aucun cas de ton existence ?

La main de Dorothea jaillit à une vitesse telle que Grimalkin ne put rien faire. Elle se trouva saisie à la gorge. Sa sœur aînée approcha le visage de sa cadette contre le sien, leurs nez presque à se toucher.

- Tu sais très bien qu'elle me tuera de toutes façons, alors qu'elle importance. Je ne veux pas qu'il meurt, Grimalkin, tu entends ? dit-elle tout bas.

- Pou...Pourquoi ? Tu veux ri... risquer ta vie pour... pour ce type ? Ce n'est qu'un... qu'un homme ! Th... Théa !

Dorothea relâcha sa sœur.

- Lui, je sais qu'il me tuera proprement...

Grimalkin baissa la tête tandis qu'un cri de fureur à l'état pur résonnait dans la tente.

- RAAAAAAAAAAAAAAAAH ! DOROTHEAAAAAAAA !

- S'il te plaît... laisse moi passer...

Grimalkin s'écarta.

Affermissant sa prise sur la main d'Angeal, Dorothea se mit à courir, suivie du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeJeu 10 Déc - 21:09

Après qu'Angeal ait terminé de prendre la parole, Dorothea resta songeuse un instant avant de remettre son masque sur la partie abimée de son visage. Il était clair que maintenant qu'elle savait pour Angeal, elle ne pouvait plus être la même que plus tôt... Un deuxième soupir s'échappa de la bouche du demi-elfe... C'est pour ça qu'il ne disait jamais son identité complète aux personnes qu'il voyait. Il n'aimait pas devoir être mis dans un camp dans cette guerre, même s'il était de Ragnarök...

Dorothea: Je vous ai défendu parce que je ne désirais pas voir votre sang couler sur mon beau tapis, voilà tout. Et, croyez-moi, il y aurait eu beaucoup de sang.

Angeal ne fut absolument pas convaincu par la réponse préfabriquée de la jeune demi-drycane. Un mensonge inventé de toute pièce, même s'il ne doutait pas que le tapis aurait été ruiné si Morwen s'en était prise à lui...

Dorothea: La vérité, c'est que j'espérais encore que ma vision soit fausse et que vous puissiez être un ami. Ce qui n'est, malheureusement, plus le cas...

Angeal: C'est votre point de vue...

Dorothea ne tenait plus en place. Pensive, elle marchait dans sa tente avant de s'arrêter derrière Angeal en posant délicatement ses mains sur ses épaules. Maintenant qu'il y repensait, même si elle était aveugle, elle entrait bien souvent en contact physique avec lui. Intérieurement, il se dit que ça devait être parce qu'il ne se laissait pas repousser par les cicatrices de la jeune femme. Pourtant, ce contact lui rappela quelques instants la jeune elfe aux cheveux bleus qu'il venait de rencontrer à l'Yggdrasil. Cette Lilith... Que pouvait-elle penser de lui? Il secoua alors légèrement la tête avant de revenir à la réalité. Il était actuellement dans une situation critique, et si cela tournait mal, il n'aurait plus jamais l'occasion de repenser à la fille qui lui avait volé son coeur d'un simple coup d'oeil!

Dorothea se lança donc dans une explication sur les humanoïdes qu'Angeal n'avait plus besoin d'entendre. Il savait déjà très bien tout cela, et pourtant... Et c'est alors que Dorothea se remit en mouvement pour s'agenouiller devant lui, dévoiler ses mains et s'émerveiller de la douceur de celles d'Angeal. Ce qu'elle ignorait, c'était que ses mains avaient mis un an avant de retrouver leur douceur d'origine, après son esclavage...

La jeune fille continua son explication sur la nature de Morwen et Grimalkin. Ainsi, elle n'avait donc elle-même pas plus foi en les dieux que lui. Cela voulait donc dire que ce n'était pas pour elle qu'elle était ici...

Dorothea raconta alors son histoire, et Angeal se laissa retomber quelques instants à l'intérieur de lui-même, ne laissant aucune émotion sortir de son corps. C'était donc sa soeur qui avait fait subir le "châtiment des dieux" à Dorothea. Il trouvait cela particulièrement injuste et en fut dégouté. Puis il s'intéressa à ce qu'un dieu pouvait proscrire de suffisamment fort pour que cela en soit jugé digne d'être brûlée vive... S'opposer à eux? Impossible, elle disait avoir été très pieuse. Luxure, avarice et ce genre de choses? Non, ce n'était pas assez pour justifier un châtiment au cours de la vie d'un individu... Mais alors... Magie interdite? Une chose que les dieux redouteraient ou qui bouleverserait l'équilibre qu'ils ont "créé"?


Angeal: Nécromancie...

Il avait murmuré cela pour lui-même et l'instant d'après, il regretta de l'avoir dit à voix haute. Peut-être Dorothea ne voulait-elle pas se souvenir de cette part-là de son passé non plus... Il la laissa donc finir son histoire. Il avait donc vu juste, elle n'est ici que pour sa famille... Mais comment lui dire qu'elle ne pouvait plus rien pour eux? C'est alors qu'il remarqua les larmes abondantes qui coulaient du masque. La jeune fille était en larmes. Il allait les essuyer de la main quand Dorothea commença à hausser le ton...

Dorothea: Comprenez-moi et ne m'en voulez pas, Angeal. C'est par amour pour ma famille que je combat. Juste par amour. Et c'est aussi par amour pour eux que je vais vous tuer !

A l'entente de ces mots, Angeal éternua légèrement, profitant du temps de surcis offert par la surprise de cette réaction pour concentrer son flux magique, prêt à relâcher une barrière de magie blanche à tout moment. Il vit alors Dorothea dégainer son revolver, le mettre en joue et tirer. Aussitôt, la barrière que le demi-elfe venait de former se dispersa. La balle avait atterrit dans le tapis qui ne devait soi-disant pas être souillé par le sang...

La suite fut alors très rapide. L'Ase fut emmené en vitesse dans une autre pièce qu'il ne connaissait pas avant que la demi-drycane se saisisse d'une dague avec laquelle elle fit une ouverture dans la paroi de la tente à travers laquelle elle poussa Angeal avant de l'y suivre. Ils restèrent dehors, immobiles quelques instants avant que Dorothea se ressaisisse de sa main pour reprendre la fuite, arrêtée nette par... Grimalkin...


Grimalkin Vous n'irez nul part, tous les deux. Les fuites en amoureux entre ennemis sont de forts mauvais goût, en cette période de guerre, ma sœur...

Fuite entre amoureux? L'espace d'un instant, Angeal se demanda si Grimalkin, connaissant bien sa soeur, n'aurait pas par cette formule dit quelque chose de juste. Il ne se posa cependant pas la question plus longtemps. Il allait mourir s'il se laissait arrêter par toutes ces interrogations qui lui venaient...

Les deux soeurs en vinrent donc à dialoguer, et Angeal n'osa pas intervenir. La discussion tourna alors subitement au vinaigre quand Dorothea commença à en venir aux mains. S'ils avaient eu plus de temps, le demi-elfe aurait intervenu pour éviter cela, mais ici la troisième voie était impuissante...


Dorothea: Lui, je sais qu'il me tuera proprement...

La tuer?! C'était cela qu'elle attendait de lui? Si c'était le cas, elle pouvait d'ores et déjà oublier cette idée. Angeal n'était pratiquement jamais violent, et il ne le serait sûrement pas avec elle!

Un hurlement se fit alors entendre dans la tente, suite auquel Dorothea persuada sa soeur de s'écarter avant qu'ils continuent de fuir. Remarquant alors que, même en courant, ils allaient relativement peu vite, Angeal se souvint que ses ailes étaient déjà dévoilées, il n'avait donc plus rien à perdre.


Angeal: Tenez-vous bien à ma main, Dorothea.

Dorothea put alors entendre un battement d'ailes, puis deux, puis trois, puis la main d'Angeal qu'elle continuait d'agripper commença à s'élever avant que celui-ci se décale un peu plus vers elle en lâchant sa mains pour lui agripper les deux. Quitte à fuir, ils allaient fuir par les airs. S'il avait vu juste, Morwen semblait portée vers le corps à corps, il allait donc lui être impossible de frapper quelque chose hors de sa portée. De plus, les Fanatiques sur place seraient d'abord trop surpris pour commencer à les attaquer, Dorothea et lui allaient donc peut-être pouvoir réussir à fuir...

(Je ne sais pas s'il le faut, mais je lance un D6 pour voir si mon truc marche pour mieux fuir)
Revenir en haut Aller en bas
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeJeu 10 Déc - 21:11

(Youpi, je fais même des Nivalia avec Angeal...)
Revenir en haut Aller en bas
MJ (Nivalia)



Messages : 291
Date d'inscription : 13/07/2009

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeJeu 10 Déc - 21:11

Le membre 'Angeal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'D6' : 1
Revenir en haut Aller en bas
MJ (Rhéa)



Messages : 61
Date d'inscription : 02/09/2009

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeDim 13 Déc - 23:35

Tandis qu'elle lui racontait son histoire, Angeal cherchait ce qui avait bien pu valoir à Dorothea d'être reniée des Dieux. C'est alors que la vérité explosa dans son esprit.

- Nécromancie...

Dorothea sourit d'un air triste.

- Nécromancie. Il n'y a pas que du mauvais, dans cet Art. Ce n'est par un plaisir pervers que je m'échine à ressusciter des morts. Je veux juste percer les mystères de la Vie et de la Mort. Tout simplement. Je n'ai pas pour dessin de créer une armée d'immortels afin de me hisser à coups de griffes à la tête de notre monde. Je veux juste savoir. Et, éventuellement, recréer ce qui m'a été si cruellement arraché...

Elle reprit son histoire. Une fois celle-ci achevée, elle se dit qu'elle devait le tuer, mais elle n'en eut finalement pas le courage. Elle organisa donc une fuite rapide. Fuite avortée avant même sa naissance par Grimalkin, dont l'absence avait réveillé Morwen. Malgré tout l'amour qu'elle nourrissait pour sa pauvre petite sœur, Dorothea n'eut d'autres choix que de l'intimider pour obtenir ce qu'elle désirait. Grimalkin s'écarta, de mauvaise grâce, car elle répugnait à voir sa chère sœur risquer ainsi le peu d'intégrité qu'il lui restait pour un homme, surtout pour un homme de Ragnarök. Mais c'était ainsi, elle n'y pouvait rien : les choix de Dorothea ne se contestent pas.

Dorothea se mit à courir. Cramponnée à la main d'Angeal, elle cherchait les voies possibles, celles où ils ne croiseraient ni Morwen, ni aucun de ses soldats. Les choix étaient nombreux. Sur chacun d'eux, un obstacle se dressait. Il devait bien y avoir un moyen de s'échapper, ici... La tirant de ses réflexions hâtives, la voix de Angeal la ramena sur terre.

- Tenez-vous bien à ma main, Dorothea.

Elle entendit un battement d'ailes, puis deux puis trois, et sentit son corps quitter le sol. Des cris résonnaient de parts et d'autres du campement. Du coin de l'œil, Dorothea vit des formes humanoïdes s'envoler et se diriger vers eux. Et Angeal, qui avait du mal à voler...

- Vos ailes sont trop faibles pour nous porter tout les deux, visiblement... Laissez moi faire.

Un craquement se fit entendre. La robe blanche de Dorothea se déchira brutalement tandis qu'une immense paire d'ailes jaillissaient dans son dos. Des ailes de dragons, qui, elles aussi, avaient subi le châtiment de Morwen. Mal cicatrisées, les blessures crées par l'acide semblaient encore sur le point de se rouvrir. Elles s'étendaient sur la membrane écailleuse comme la toile torturée d'une effroyable araignée. Mais ce n'était pas le pire. Elles étaient à moitié déchiquetées, déchirées par endroits. Mais ces blessures n'enlevaient rien à leur puissance : en un battement d'ailes, elles propulsèrent Dorothea et Angeal bien plus haut que lui n'y avait réussi en plusieurs battements.

Les formes ailées se rapprochèrent et Dorothea put distinguer leurs traits.

- Ce sont des Hérons ! Ils se sont lancés à notre poursuite.

Elle éclata de rire. Elle avait l'air d'une gamine, heureuse de jouer avec ses amis.

- Ils sont bien présomptueux si ils pensent me battre sur la vitesse !

Ses ailes battirent avec force, distançant aisément les Hérons.

Le vol dura plusieurs minutes, Dorothea les menant à un endroit bien précis. Ils se posèrent à la limite du campement.

- Nous sommes en sécurité, pour le moment. Là, dit-elle en montrant le sable à une dizaine de mètres d'eux, vous aurez quitté le périmètre des balises dimensionnelles. Vous pourrez vous rendre où vous voulez. Mais avant cela...

Elle s'approcha de lui et resta un moment à fixer le futur. Soudain, elle se pencha sur lui et l'embrassa. Ce fut rapide et doux – pouvait-on réellement qualifier cela de baiser ? Quoi qu'il en soit, Angeal put sentir glisser entre ses lèvres une sorte de fluide et, soudain, une voix retentit dans sa tête en même temps qu'une succession d'images lui traversaient l'esprit. Il se vit à genoux par terre, le sabre de Morwen posé sur la nuque, Dorothea étendue sur le sable, entravée et saignant abondamment. La lame se leva et s'abattit brutalement, lui tranchant le coup sans autre forme de procès.

- Morwen Yggdrasil vous a retrouvé. Elle et sa sœur Grimalkin Yggdrasil maîtrisent rapidement leur autre sœur Dorothea Yggdrasil tandis que de nombreux soldats pour attrapent et vous empêchent de fuir. Morwen vous décapite.

Aussitôt, une autre succession d'images le traversa et la voix reprit :

- Rester ici vous condamnera. Il vous suffit de courir et d'user de votre magie dimensionnelle. Vous serez libre et hors d'atteinte.

Et, en effet, il se vit courir à perdre haleine hors du périmètre des balises dimensionnelles qui l'empêchaient d'utiliser sa magie avant de disparaître.

- Ceci est le futur, Angeal. Je vous confie une partie de mon pouvoir. Désormais, lorsque vous serez en danger, vous serez prévenu à l'avance, souvent une à deux minutes avant. C'est une sorte de 6ème sens, si vous préférez.

Elle sourit et recula d'un pas, remettant de la distance entre eux.

- C'est un gage d'amitié. Obéissez à ce pouvoir et fuyez. Nous nous reverrons, je pense, très bientôt. D'ici là, prenez garde à vous.

Elle le regarda quelques instants. Une idée lui vint alors et, avant qu'il ne se détourne d'elle, elle lui dit :

- Au fait, Angeal. Quand vous reverrez Lilith, embrassez la. Je vous ai offert assez de pouvoir pour qu'elle puisse en profiter également... Du moins, si vous désirez la préserver... Elle hésita puis reprit : Et ne pensez pas que mes actes sont la preuve d'un quelconque amour pour vous. Je n'ai pour vous que de l'amitié... et un service à vous demander. Quand le moment sera venu, votre tout nouveau don vous préviendra et vous aidera dans votre tâche, j'aimerai que vous veniez me trouver et que vous me tuiez. Vous, ou une personne en qui vous avez confiance. D'un simple geste. J'aimerai mourir sans souffrances. Si vous laissez Morwen faire, je souffrirai, assurément. Et pas qu'un petit peu. Aussi, si vous avez un peu d'amitié pour moi, vous accéderez à ma requête. S'il vous plaît...

Ceci dit, elle se retourna et, d'un léger battement d'ailes, elle se porta à la rencontre de ses sœurs et de leurs soldats.
Revenir en haut Aller en bas
Angeal
Ase
Angeal

Messages : 33
Date d'inscription : 19/08/2009

Feuille de personnage
Points de vie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue1000/1000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (1000/1000)
Points de magie:
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Left_bar_bleue2000/2000Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty_bar_bleue  (2000/2000)
Niveau: 8

Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitimeLun 14 Déc - 0:27

Nécromancie. Aux yeux d'Angeal, la nécromancie en elle-même ne partait pas nécessairement d'une mauvaise intention... Pourtant, elle bouleversait l'équilibre entre la vie et la mort, et ça, ce n'était pas réellement quelque chose qu'il appréciait. Enfin...

Finalement, l'idée de fuir par les airs d'Angeal comportait un défaut: ses ailes pouvaient certes aller très vite, plus que celles d'un héron classique, mais il n'était pas habitué à porter quelqu'un d'autre à pleine vitesse aussi... Il fut sauvé par l'apparition d'ailes sur le dos de Dorothea à son tour...

Ces dernières, bien qu'ayant subi le même châtiment que le reste de son corps, se montrèrent bien plus efficaces que les siennes et leur permirent de rapidement semer leurs poursuivant. Notre demi-elfe fut d'ailleurs assez surpris de remarquer que Dorothea pouvait encore s'amuser à ce point. Peut-être n'était-elle pas perdue comme ses deux soeurs...

Finalement, ils se retrouvèrent à la limite du campement, loin de tout ennemi.


Dorothea: Nous sommes en sécurité, pour le moment. Là, dit-elle en montrant le sable à une dizaine de mètres d'eux, vous aurez quitté le périmètre des balises dimensionnelles. Vous pourrez vous rendre où vous voulez. Mais avant cela...

C'est alors qu'après quelques secondes à fixer il ne savait trop quoi, Dorothea rapprocha à grande vitesse son visage du sien pour venir lui administrer un baiser aussi rapide que l'éclair. Surpris par cela, quelle ne fut sa réaction quand il reçut la vision venue de nulle part qui lui révélait le moyen de fuir le danger. Quand il revint à la réalité, après avoir entendu une voix qui semblait venue de nulle part, son visage était écarlate.

Dorothea: Ceci est le futur, Angeal. Je vous confie une partie de mon pouvoir. Désormais, lorsque vous serez en danger, vous serez prévenu à l'avance, souvent une à deux minutes avant. C'est une sorte de 6ème sens, si vous préférez.

Elle souriait, mais lui souriait beaucoup moins. Transmission d'une partie de son pouvoir? N'y avait-il aucun autre moyen?! Celui-ci était quelque peu... gênant... Et d'abord... Pourquoi lui donnait-elle ce pouvoir au juste?!

Dorothea: C'est un gage d'amitié. Obéissez à ce pouvoir et fuyez. Nous nous reverrons, je pense, très bientôt. D'ici là, prenez garde à vous. Au fait, Angeal. Quand vous reverrez Lilith, embrassez la. Je vous ai offert assez de pouvoir pour qu'elle puisse en profiter également... Du moins, si vous désirez la préserver... Elle hésita puis reprit : Et ne pensez pas que mes actes sont la preuve d'un quelconque amour pour vous. Je n'ai pour vous que de l'amitié... et un service à vous demander. Quand le moment sera venu, votre tout nouveau don vous préviendra et vous aidera dans votre tâche, j'aimerai que vous veniez me trouver et que vous me tuiez. Vous, ou une personne en qui vous avez confiance. D'un simple geste. J'aimerai mourir sans souffrances. Si vous laissez Morwen faire, je souffrirai, assurément. Et pas qu'un petit peu. Aussi, si vous avez un peu d'amitié pour moi, vous accéderez à ma requête. S'il vous plaît...

Lilith? Elle savait aussi pour cette fille?! Mais alors comment pouvait-elle déclarer les choses ainsi? Si l'embrasser était aussi simple, cela ferait déjà un long moment que cela se serait fait...

Angeal: J'ai peur que vous ne vous rendiez pas compte qu'embrasser Lilith ne soit pas si simple... Enfin... Quant à votre service... On verra le moment venu.

Il regarda alors la demi-drycane s'en retourner vers les gardes. Elle était probablement inconsciente d'agir ainsi. Elle pouvait encore être sauvée, qu'importe ce qu'elle pouvait en dire. Ne s'attardant pas plus, il franchit les quelques mètres qu'il lui restait à parcourir et fit apparaître un cercle dimensionnel devant lui, cercle par lequel il passa avant de disparaître. Pour l'Ase du Niflheim, les choses étaient claires. Le moment venu, il reviendrait vers elle, et la sauverai du funeste destin qu'elle se figurait. En attendant, il devrait survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Empty
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)   Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre inattendue... (MJ Rhéa)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Golden Scroll 3: Le crépuscule des dieux :: A l'aventure, compagnons... :: Terrae :: Lirion-
Sauter vers: